Raoul de MATHAN
(1874 – 1938)

Raoul de Mathan est né le 11 mars 1874 à Albi alors que son père était sous-préfet dans la région, plus tard muté en Bretagne.

Raoul de Mathan fait de solides études avant que sa famille se laisse convaincre de le laisser s'inscrire - à l'âge de 20 ans - à l'Académie des Beaux-Arts dans l'atelier de Gustave Moreau. Jusqu'à la mort de ce dernier, les quatre années au sein de ce mythique atelier se font en compagnie de Lehmann et Rouault (amis particulièrement proches), mais aussi de Manguin, Desvallières, Flandrin, Matisse et Marquet. Alors qu'il demeure à Montmartre, rue d'Orchampt, il se lie aussi avec Friesz, Dufy, Puy, Girieud et tant d'autres.

À ses débuts, Raoul de Mathan a quelque proximité avec Daumier (ou Van Gogh à la période de Nuenen) ; il peint les hommes de la terre ou de la mer, normands surtout. Il sera ensuite proche des fauves dans ses œuvres qui traitent avec force et acuité de la justice et des tribunaux, des juges et des justiciables. Et puis, après quelques voyages autour de la Méditerranée, il adopte une certaine géométrisation des formes, dont le concept cependant ne peut pas être assimilé au cubisme.

Raoul de Mathan a beaucoup exposé. Dès 1897, il présente une « Tête d'idiot » à la Société Nationale des Beaux-Arts, et il y exposera régulièrement jusqu'en 1906. Dans les mêmes années, il est un fidèle du Salon d'Automne et du Salon des Indépendants. Au Havre qu'il connaît bien (ne serait-ce que parce qu'il s'y est marié), il est présent les trois premières années du Cercle de l'Art Moderne, et il revient exposer en 1914.

En matière de galeries, il n'expose qu'une fois chez Georges Petit. Par contre il présente ses œuvres presque une dizaine de fois chez Berthe Weill. Mais surtout, il est un fidèle de la galerie Druet, dans laquelle il expose chaque année de 1908 à 1936.

À environ 40 ans, il prend une part active dans la vie publique à Saint-Lô où se situent les terres familiales dans lesquelles il s'est retiré ; il semble alors un peu moins investi dans la peinture.

Au procès (1914) - Aquarelle et encre

Au procès - Aquarelle et encre ; 1914

Raoul de Mathan, présent dans de nombreuses expositions, n'a pas eu une production considérable ; il montrait couramment des œuvres qui étaient déjà dans des collections. Il fut difficile, lors des expositions rétrospectives, de réunir un nombre d'œuvres suffisant. La moindre contribution, tant bibliographique qu'iconographique constituerait donc un précieux outil.

© 2004-2018 - Site réalisé par BANJO Informatique

Propulsé par CMS Made Simple